, , , ,

L’écoquartier Font-Pré, à Toulon, prévoit la construction de 800 logements et 2000 m² de commerces, entourés de 10 000 m² d’espaces verts. L’opération, labellisée Biodivercity, obtient la meilleure étiquette jamais obtenue (ABAA) pour un projet immobilier en France. Bouygues Immobilier s’associe à la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) pour intégrer la biodiversité dans ce quartier.

Jeune martinet noir
Le martinet noir passe l’hiver en Afrique et migre en Europe à la fin du printemps.

 

Une association engagée pour la faune locale

Fondée en 1912, la LPO œuvre pour la protection des espèces, la préservation des espaces et pour l’éducation et la sensibilisation à l’environnement. Cette association a été sollicitée pour sa connaissance sur les habitudes de vie et les besoins des espèces qui nichent en ville.

L’écoquartier Font-Pré fait l’objet d’une « convention refuge LPO », une charte d’engagement pour la préservation de la nature et l’amélioration de la biodiversité. Cette charte repose notamment sur trois principes1 :

  • Créer des conditions propices à l’installation de la faune et de la flore sauvages
  • Renoncer aux produits chimiques sur les espaces verts
  • Réduire l’impact sur l’environnement, en adoptant des gestes écocitoyens2

 

Un partenariat visant à sauvegarder les espèces protégées de la région

Katherine Dubourg, ancienne professionnelle du BTP et engagée pour la protection des animaux depuis de nombreuses années, est l’actuelle vice-présidente de la LPO-PACA. « Dès le début des travaux, un partenariat a été signé entre Bouygues Immobilier et la LPO-PACA. Nous avons proposé une convention de cinq ans3, dans le but de couvrir les phases de conception, de réalisation et d’exploitation trois ans après la livraison. Elle est l’assurance d’actions et de suivi tout au long du partenariat. »

Parmi les actions prévues, la gestion écologique des espaces, et la sauvegarde d’espèces protégées4. « Nous prévoyons d’installer une trentaine de nichoirs à martinets noirs et à rouge-queue noirs, un hôtel à insectes et même des gîtes à hérissons. »

Le martinet noir est une espèce emblématique de la ville : « Ces oiseaux migrateurs viennent en nombre dans notre région, on compte plus de 400 nids actifs en ville ! Mais ils sont menacés par les travaux de rénovation, puisqu’ils nichent dans les fissures et sous les toits. »

Font Pré
L’écoquartier Font-Pré, situé au nord de Toulon, face au Mont Faron.

« D’autant plus que ces oiseaux sont de véritables insecticides naturels », nous rappelle Katherine Dubourg. Et de poursuivre : « Les martinets se nourrissent exclusivement d’insectes, ils en mangent jusqu’à 20 000 par jour ! ». On comprend alors la nécessité de ne plus utiliser d’insecticides ou d’herbicides pour l’entretien des espaces verts.

Par ailleurs, des animations pédagogiques sur la biodiversité seront dispensées, favorisant ainsi le lien social.

 

Les acteurs du BTP impliqués avec la LPO pour un urbanisme durable

Afin de valoriser ses compétences, de lutter contre l’artificialisation des sols et de garantir aux citadins un accès à la nature de proximité, la LPO œuvre à la prise en compte de la biodiversité dans les politiques d’urbanisme et dans les cahiers des charges des constructeurs. Un groupe de réflexion et de travail, le « Club U2B », Urbanisme Bâti et Biodiversité, rassemble des acteurs de l’urbanisme et du bâtiment, publics et privés. Parmi la quarantaine de structures impliquées, Bouygues Construction et Bouygues Immobilier, tous deux mécènes du Club U2B, participent de manière assidue à ces rencontres depuis 2013.

Après deux ans de collaboration, 10 actions exemplaires en faveur de la biodiversité ont été définies collectivement par les acteurs du Club U2B en 2015. Parmi elles, la labellisation des projets immobiliers intégrant la biodiversité, ou encore l’organisation de l’accueil de la faune sur le bâtiment dès la conception.

« Il faut apprendre à partager l’espace intelligemment. La préservation et la valorisation de la biodiversité dans l’urbanisme sont un enjeu important, et l’implication des acteurs du BTP est un excellent début » conclut Katherine Dubourg.

 

 

Pour aller plus loin sur la question de la biodiversité urbaine :

– Publication scientifique du centre de recherches suisse WSL, « La biodiversité en ville – pour l’être humain et la nature »

– Plaquette Bouygues Construction, « Préserver et promouvoir la biodiversité »

– Guide Oiseaux et patrimoine bâti, LPO Vienne, 2008

– Guide Municipalité et protection de la nature, LPO Loire-Atlantique, 2009

– Guide Biodiversité et Bâti, LPO, 2012

– Guide Biodiversité et quartiers, LPO, 2014 Livret et Fiches techniques

– Guide Biodiversité et logements sociaux, LPO, 2015

– Guide Biodiversité et paysage urbain, LPO, 2016

Les publications LPO sont disponibles au téléchargement sur le site U2B : http://urbanisme-bati-biodiversite.fr/presentation/article/la-lpo-et-l-urbanisme  

 

 

[1] Le 4ème principe étant l’engagement de ne pas chasser dans la zone protégée.
[2] Utilisation raisonnée de ressources naturelles, recyclage des déchets ménagers…
[3] La durée des conventions Refuge LPO pour les personnes morales est de 3 à 5 ans en fonction des besoins : https://www.lpo.fr/refuges-personnes-morales/refuges-personnes-morales
[4] Toutes les espèces d’hirondelles et de martinets, des plus communes au plus rares, sont protégées par le Code de l’environnement et l’arrêté ministériel du 29 octobre 2009.