, , , ,

Fabrice Bonnifet, directeur DD et QSE du groupe Bouygues, est intervenu au micro d’Olivier Monat le 13 octobre sur Radio-Immo pour parler de l’économie circulaire dans le bâtiment et la construction.

 

Ecoutez son interview ici :

 

De gauche à droite : Fabrice Bonnifet et Olivier Monat
De gauche à droite : Fabrice Bonnifet et Olivier Monat

 

La baisse de production des déchets, un enjeu majeur du secteur

70 % des 345 millions de tonnes de déchets1 produits en France sont issus du secteur de la construction. Cela s’explique notamment par l’utilisation de matériaux lourds, rappelle Fabrice Bonnifet. C’est donc « un vrai défi de faire baisser la masse de déchets liée à la construction et à la déconstruction », à l’instar du milieu automobile, qui recycle d’ores et déjà 85 % des matériaux des véhicules en fin de vie.

 

L’économie circulaire, une réponse à la surproduction de déchets

« La notion de déchet ultime est inventée par l’homme, elle n’existe pas dans la nature. »

L’économie actuelle dite linéaire (qui consiste à extraire, fabriquer, consommer puis jeter) a atteint ses limites. L’économie circulaire est fondée sur le principe des « 3 R » : Réduire (la consommation de ressources), Réutiliser (les produits), Recycler (les déchets).

3R

Pour Fabrice Bonnifet, la réutilisation des matériaux est prioritaire dans le secteur de la construction. Certains éléments provenant de bâtiments démolis ou rénovés peuvent être utilisés pour la construction de bâtiments neufs (ou à rénover).

Il est bon de distinguer les 3 notions : la réutilisation, qui conserve la fonction de l’objet (une porte reste une porte), le réemploi, qui conserve la forme mais change la fonction (une porte peut devenir une cloison) et le recyclage, qui conserve uniquement la matière (une porte est broyée et devient un panneau de particules).

 

« Déconstruire autrement et savoir anticiper », grâce au numérique

Pour mener un tel projet, il est nécessaire de mettre en place un diagnostic pour savoir quelle matière valoriser, et déconstruire de façon propre et optimisée.  Le groupe Bouygues travaille sur un projet de plateforme numérique, qui vise à répertorier les matériaux issus de la déconstruction et de la rénovation.  Cette plateforme pourra mettre en relation donneurs et utilisateurs. Selon Fabrice Bonnifet, le numérique facilitera la mise en relation des informations, l’anticipation et l’optimisation du réemploi des matériaux.

 

« Demain, les bâtiments vont devenir les banques de matériaux pour les bâtiments du futur. »

 

Schéma d’une économie circulaire de la gestion des déchets en construction (Source : Cifful, Ressources, Confédération Construction)
Schéma d’une économie circulaire de la gestion des déchets en construction (Source : Cifful, Ressources, Confédération Construction)

 

Un processus long mais déjà en marche 

De manière plus pragmatique, le modèle actuel du secteur n’est pas bâti autour de l’économie circulaire. « On ne pourra pas utiliser à l’infini des matières premières dont les ressources sont finies. Il va falloir qu’on invente un nouveau modèle. »  Certains pays européens sont pionniers, comme la Belgique et le Pays-bas, et la France s’approprie ces nouveaux principes petit à petit. Tout est à revoir, de la conception des matériaux, qui devront être capables d’être réutilisés, au modèle organisationnel ; sans oublier le modèle économique.

 

 

Pour aller plus loin : Guide pratique sur le réemploi/la réutilisation des matériaux de construction, co-réalisé par les organismes belges Cifful, la fédération Ressources et la Confédération Construction.

 [1] Source : Ademe